mardi 6 janvier 2015

Rencontre avec Serge Baux (Domaine du Mas Baux)

Marie-Pierre et Serge Baux.  Photo : Mas Baux© 


Le Roussillon ne manque pas de vignerons passionnés mais un entretien avec Serge Baux, c'est découvrir véritablement le pouvoir d'attraction des vignes, de l'amour du travail de ces dernières au travers d'un parcours original.


Tout commence à la fin des années 90.
Au fil des rencontres et des repas d'affaires partagés avec ses clients, l'appel des sirènes se fait toujours plus fort. "Ce sont mes anciens clients qui m'ont donné le goût du vin" se remémore Serge Baux."On ne choisissait pas le lieu de notre déjeuner pour le Chef mais plutôt pour la carte des vins", ajoute-t-il.

Très vite, il ne s'agit plus de simplement apprécier les crus que produisent les autres mais bien de se lancer soi-même. Et à 50 ans, le pari a de quoi faire réfléchir...

Sauter le pas et se reconvertir

Une reconversion n'est jamais chose facile et comme Serge Baux le souligne, "C'est une décision prise en famille" car c'est tout un monde qui change lorsque l'on décide de laisser une carrière bien assise pour se lancer dans un métier pour lequel il va falloir tout apprendre.

Ce qui fut littéralement le cas pour Serge Baux. Si beaucoup de vignerons reprennent le domaine laissé par un aïeul et connaissent -même de loin- le métier, le parcours de Serge Baux fut bien différent.

Il fait d'abord un tour des propriétés du Sud de la France. Un "grand Sud" qui traverse le paysage vigneron d'Est en Ouest et où la visite de petites propriétés et de grandes maisons permettent à Serge Baux de se faire une idée du vigneron qu'il deviendra.
Une idée et tout son contraire parfois... "Au bout d'un moment, j'ai arrêté d'aller voir ce que faisaient les autres car plus j'avançais, moins je m'y retrouvais!", commente-t-il.
Mas datant du XVIIIème siècle, le Mas Baux rime désormais avec qualité et authenticité. Photos : Mas Baux©






La Plaine du Roussillon pour berceau 


Lorsque la propriété parfaite se présente, Serge et son épouse Marie-Pierre n'hésitent plus. Ce sera en Plaine du Roussillon, sur 10 hectares et au cœur d'un Domaine datant de la fin du XVIIIème siècle que s'écrira désormais l'aventure. Le Domaine du Mas Baux naît donc en 1998.

Reste maintenant à apprendre le métier. Pour cela, Serge Baux se tourne vers le CFA.
Et si aujourd'hui les passerelles de reconversion sont plus souples, le parcours fut long pour qu'il puisse accéder à l'indispensable formation.

Côté cépages, Serge Baux conserve sur ce sol aux galets roulés les vieilles vignes de grenache noir et replante ses cépages de prédilection : mourvèdre, syrah, cabernet-sauvignon et muscat. Côté culture, c'est le respect du terroir, de l'environnement et du produit qui prime. A tel point qu'en 2013, le Mas Baux passe en "Bio".
Dégustations, art et repas... Le contact avec les amateurs de vin est important pour Marie-Pierre et Serge Baux.
Photos : Mas Baux©

Un succès en temps et en heure


Entre temps, c'est avec des références aux noms plutôt bien trouvés que le Mas Baux construit sa réputation. Le caveau de dégustation ne désemplit pas. Particulièrement l'été où il profite de sa proximité avec Canet-en-Roussillon, lieu privilégié des vacanciers et visiblement, des amateurs de vin du monde entier.

Et c'est ici que travail et la passion investis dans le projet prennent tout leur sens.
"On aime recevoir, parler de notre métier et de nos vins", explique Serge Baux. Le Domaine du Mas Baux fait toujours preuve d'une belle actualité artistique, orchestrée avec tout le talent et le soin que l'on connaît à Marie-Pierre Baux dans ce domaine.

Le temps passe vite au cœur du Domaine du Mas Baux et ce n'est pas le maître des lieux qui dira le contraire ! Que de chemin parcouru depuis 1998 et l'histoire ne s'arrêtera certainement pas là.

--
Un grand merci à Marie-Pierre et Serge Baux pour leur accueil.

Retrouvez la sélection du Mas Baux sur Châteaux-Roussillon.com ici 

Pour suivre l'actualité du Domaine et le découvrir au quotidien, suivez la page Facebook  du Mas Baux. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire